Rencontre avec le créateur de la marque 1083, ambassadeur du « Made in France » et ancien membre de la JCEF, Thomas Huriez.

Rencontre avec le créateur de la marque 1083, ambassadeur du « Made in France » et ancien membre de la JCEF, Thomas Huriez.

En 2013, Thomas Huriez et son frère se lancent dans l’aventure entrepreneuriale en fondant la marque de jeans et de baskets 1083. A 38 ans, c’est un ambassadeur du made in France et il transmet ses convictions sur le développement durable à travers cette aventure entrepreneuriale et son livre « Re-made en France » : « C’est une prise de conscience, il y a 10 ans, quand j’ai compris comment nos emplettes font nos emplois. Ce que l’on vit et notre façon de consommer font notre capacité à vivre et à agir. Ce n’est pas raisonnable de dépendre des autres pour nos besoins fondamentaux et primaires. On doit devenir autonomes, souverains. Mon engagement résulte d’une prise de conscience des liens qui existent entre la consommation et notre capacité à répondre à nos propres besoins. » explique Thomas Huriez.

1083 : c’est quoi ? 🤔

Thomas Huriez : « Suite à mon expérience de vente de vêtements bio, Modetic, j’ai créé l’entreprise 1083 avec mon frère. Notre démarche est de créer des jeans et des baskets écoconçus à moins de 1083 km de chez vous. 1083 est la distance entre Porspoder et Menton, les deux villes les plus éloignées de l’hexagone, de façon à réduire l’empreinte carbone. L’activité de l’entreprise, à travers une activité de filature et de tissage dans les Vosges et un atelier de fabrication de jeans dans la Drôme implique une filière de 150 emplois dont 70 emplois directs. Je n’imaginais pas à quel point la notion de savoir-faire était précieuse. Il faut vivre la difficulté de relocaliser pour en comprendre la valeur ».

Quel message cherches-tu à faire passer à travers ton livre ? 📕

Thomas Huriez : « J’étais de plus en plus sollicité pour expliquer la démarche 1083, pour sensibiliser les gens au made in France, au développement durable, pour montrer que ça marche. Je ne pouvais pas me démultiplier pour des conférences, d’autant qu’avec 1083 nous développons de nouveaux projets comme la production de coton grâce au recyclage de vieux jeans ou la construction d’une nouvelle usine à Romans-sur-Isère. J’ai donc choisi de porter mon message à travers un livre. J’explique tout ce qui se passe chez 1083 et tout ce qu’on a fait en 7 ans (…) Depuis la naissance de 1083, la transparence a été dans notre ADN. Nous avons commencé par un financement participatif. Nous avons un dialogue constant sur les réseaux sociaux avec nos clients, nos usines sont ouvertes au grand public. On dit tout, on explique tout. Les gens vivent la production et on transforme nos consommateurs en co-entrepreneurs pour les engager à nos côtés. Nous leur donnons envie de participer plus en parlant de nous autour d’eux. La communauté et cette proximité sont importantes car engageantes. »

Quels sont les futurs enjeux pour ton activité ?

Thomas Huriez : « La crise sanitaire du Covid 19 a été un accélérateur de la prise de conscience sur la relocalisation et le made in France. Les thèmes abordés dans le livre à travers l’histoire de l’entreprise 1083 sont les clés de la résilience face à la situation actuelle. La crise dévoile ce pourquoi nous essayons de nous protéger. Ça dévoile notre manque d’autonomie sur nos besoins primaires, nos manques de savoir-faire, et cela dévoile aussi toutes ces libertés que l’on perd à abandonner tous ces pans de production locale et besoins primaires. Notre réponse économique aux enjeux fondamentaux c’est de construire une filière locale. »

Article issu d’une interview réalisée en 2020 par Nicolas Guyonnet, bénévole à la Jeune Chambre Économique de Romans-Bourg de Péage et Administrateur 2020 Délégué à la communication externe.

Pour en savoir plus sur 1083 

Si vous aussi
vous souhaitez apporter des changements positifs et durables sur votre
territoire et vous engagez pour porter des projets à impact positif ?
Contactez-nous : jcef@jcef.asso.fr